Vers le Kurdistan et l’Iran

Vers le Kurdistan et l’Iran

 

La route se poursuit en Turquie. Nous trouvons un superbe spot pour la nuit, au bord d’un lac pommé.

 

Le matin, alors que nous profitons de la vue, un homme arrive et s’installe à coté de nous. On essaye tant bien que mal d’engager la conversation (Google trad notre ami encore une fois). Nous lui offrons un thé et il nous invite à manger chez lui !

 

Après ce bon repas, on essaye de continuer à converser mais c’est vraiment très difficile. Nous décidons de partir, c’est alors qu’il nous invite à rester dormir ! Malgré son insistance nous continuons la route, et c’est presque la larme à l’oeil qu’il nous laissera partir.

 

Nous mettons quelques temps à décider de notre route. Doit on continuer sur la côte nord, sachant que nous y retournerons de toute façon à la fin de notre voyage, après la Géorgie ? Doit-on passer par Ankara, la capitale, pour débuter les démarches pour le visa turkmène ? Finalement ni l’un ni l’autre nous nous dirigeons vers le sud est, et nous nous arrêtons à Amasya.

Cette ville est située au bord d’une rivière, avec des jolies maisons ottomanes, et est surplombée par des montagnes dans lesquelles sont creusées des tombes (datées de bien avant Jésus Christ).

Un pays trop petit même si on ne mesure pas 1m98

Nous nous arrêtons ensuite à Sivas, où nous changeons quelques livres turques en dollars, en prévision du visa turkmène (une histoire à suivre qui sera passionnante pour tous les mordus de paperasse), et profitons un peu du soleil sur la place principale qui révèle quelques jolis monuments.

 

Une longue route nous attends jusqu’au lac Van, et elle traverse des grands plateaux déserts et quelques montagnes enneigées.

 

Un peu avant la ville d’Ahlat, on souhaite aller sur un volcan, dont un des cratères est rempli d’un lac chaud, ce qui nous ferait du bien en ces temps hivernaux. Malheureusement la route vers le sommet (3050m) est encore enneigée et ce au moins jusqu’au mois de mai. Ca sera pour la prochaine fois !

Le sommet, c'est par là !

 

A la place, nous visitons donc le vieux cimetière musulman du 14ème siècle (artistes et docuteurs y sont enterrés) et on s’offre quelques superbes vues sur le lac Van.

 

Nous nous rendons également sur l’île Akdamar, qui abrite une église arménienne du 10e siècle, et dont la rénovation a été financée par la Turquie pour améliorer les relations entre ces deux pays.

 

Alors que nous visitons la forteresse kurde d’Hosap, Leslie disparaît tout à coup. Quelques minutes plus tard je la retrouve assaillie de photos par une famille kurde qui faisait la même visite que nous… Un chouette moment d’échange grâce au quelques mots d’anglais connus par les plus jeunes.

 

 

Il y a entre 30 et 40 millions de kurdes répartis entre la Syrie, l’Iran, l’Irak et principalement en Turquie. Si l’Iran et l’Irak reconnaissent une partie de leur territoire avec la dénomination « Kurdistan », ça n’est pas le cas de la Turquie, qui a longtemps nommé les kurdes avec le terme « turcs des montagnes ».

 

Nous arrivons enfin à Van. La citadelle est située sur le « rocher de Van » qui domine la ville.

 

 

Le soir venu on s’installe sur la plage au bord du lac lorsqu’un homme vient nous parler en nous disant que l’endroit n’est pas sur, et il nous emmène alors de l’autre coté de la ville, au pied de la citadelle, et nous laisse son numéro de téléphone au cas ou… On reste inquiet la nuit mais tout se passe bien.

 

La route vers l’Iran nous fait passer par deux églises arméniennes, dont l’église Saint Stéphane, du 13ème siècle, située à flanc de falaise, et au terme d’une montée bien raide, Leslie nous offre ces quelques photos. On est surpris aussi, après avoir traversé des décors désertiques, de découvrir un peu d’herbe verte, alimentée par la fonte des neiges.

Saurez vous trouver l'église ?

 

Nous arrivons au pied du mont Ararat, au sommet duquel reposerait un vieux bateau, selon un best-seller. La route y menant est entourée de neige et de montagnes à perte de vue, on se croit plus au Groenland qu’en Turquie !

 

Il y a des sources chaudes à proximité, et on décite d’y faire un tour. Mais l’eau est chaude, trop chaude même, c’est impossile de rester très longtemps dedans ! Mais ça réchauffe bien.

La visite du palais Ishak Pasha fait également partie du programme, il est situé sur l’anncienne route de la Soie, à quelques kilomètres de la frontière iranienne.

La mosquée du palais

C’est ici la fin de notre premier passage en Turquie, sur le chemin du retour nous attend la côte sud et espérons le un grand soleil. Nous passons notre dernière nuit en Turquie, en face du mont Ararat, avec une famille française rencontrée par hasard : la petite troupe. Ils voyagent à 4 avec 2 enfants dans leur fourgon aménagé.

 

Aujourd’hui nous rentrons en Iran !

le fameux mont Ararat !

6
Poster un Commentaire

avatar
6 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
5 Auteurs du commentaire
reginezohrehMalherbeBajart jacquesSimon Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
regine
Invité
regine

c’est super, ça donne envie de vous rejoindre. je ne suis pas étonnée que vous faites de nombreuses et jolies rencontres, vous êtes tellement sociables, souriants et ouverts à tout. le temps passe vite, pour vous je ne sais pas mais je pense qu’un peu aussi. prenez en plein les… Lire la suite »

regine
Invité
regine

des paysages un peu magiques et des constructions magnifiques, mais c’est assez désertique ?
bisous

zohreh
Invité
zohreh

bonjour mes chères amis,je suis très heureux de vous visiter en Tabriz

Malherbe
Invité
Malherbe

Décidément il fait encore bien froid dans toutes ces contrées !

Beaux paysages lac et montagne 🤩

Bajart jacques
Invité
Bajart jacques

Noé avait paraît-il échoué son arche sur le mont Arafat après le déluge… vous devriez retrouver les animaux qu’il transportait… (un couple de chaque)

Simon
Invité
Simon

Superbes photos ! Bon je rajoute la Turquie à la liste des pays trop petits pour moi.