Le long de la Méditerranée

Le long de la Méditerranée

 

Une fois Antalya passée, le programme est plutôt simple : longer la côte jusque Bodrum. Les journées se suivent et se ressemblent, mais ça n’est pas pour nous déplaire : on se lève, on se baigne dans la mer. Puis après quelques parties de Yam’s et le déjeuner, on roule un peu jusqu’à une autre jolie plage, on s’installe, on se baigne… Et rebelote le lendemain.

 

On fait malgré tout quelques écarts à ce programme bien ficelé, à Kas où nous visitons le théatre romain, et les ruines antiques de Xanthos non loin de là.

Le site antique de Xanthos

 

 

 

 

 

 

Il y a aussi les gorges de Saklikent, que l’on peut remonter à pied sur environ 2km, mais les pieds dans l’eau !

 

Nous rejoignont la côte à Kayaköy, où nous traversons la vieille ville, toute en ruine, avant de rejoindre le point de vue sur la plage d’Ölüdeniz.

 

La plage de Iztuzu est un peu différente des autres puisqu’elle sert de lieu de ponte aux tortues marines. La population locale s’est battue pour empêcher la construction d’hôtels et autres infrastructures touristiques pour préserver le lieu. La plage abrite également un ”hôpital” pour tortues. On apprend que 75% de leur pensionnaires sont là, du fait de l’homme, entre les ingestions de déchets (de pêche notamment), les collisions avec les bateaux et même les attaques volontaires.

 

Les quelques jours suivants, on poursuit notre programme farniente, avec une allure plutôt tranquille jusque Bodrum.

 

Et à Bodrum, changement drastique de logement. On échange notre petit lit dans la voiture contre un lit super king size dans un hôtel all-inclusive.

 

Un changement drastique pour nous, et plutôt à l’encontre de nos habitudes de voyage, mais c’est pour la bonne cause. Nous avons rendez-vous avec Brigitte et Lionel, les parents et Adélaïde, la sœur de Leslie ainsi qu’Eric, son mari et Amaury, Gauthier et Solveig, leurs enfants pour une semaine. Nous sommes bien sur ravis d’avoir un peu de visite (et aussi d’avoir de la nourriture et boissons à volonté, on va pas se mentir).

La première journée se passe tranquilement, entre plage et piscine, puisque nos visiteurs sont arrivés en pleine nuit.

 

Le lendemain nous visitons la ville de Bodrum : le port, l’amphithéâtre, les rues commercantes où les enfants prennent une petite glace.

 

Nous partons ensuite pour la journée dans le petit village péninsulaire de Gümüslük, la plage de l’hotel n’a rien à envier à cette plage, si ce n’est les aménagements prévus pour les tourtistes, restaurants, boutiques, qui rendent le coin très mignon. Adélaïde, Amaury et Gathier en profitent pour faire du canoë.

 

Notre dernière sortie se fera sur un bateau. On navigue vers une source d’eau douce chaude, abritée dans une grotte, puis vers différents arrêts baignade, pendant lesquels nous sautons depuis le deuxième étage du bateau.

 

Nous avons également l’occasion d’assister à un spectacle de danse professionnelle qui nous change de la disco kid tous les soirs !

On a bien profité des uns et des autres, que se soit pour jouer aux cartes, aux dames, échanger des balles au poing-pong, nager jusqu’au ponton de la plage, faire les fous dans les toboggans ou encore partager quelques verres !

 

Malheureusement une semaine ça passe très vite, et il est très (trop) vite temps de se dire au revoir.

Il nous faut alors reprendre nos habitudes de nomade, non sans avoir une dernière fois profité du buffet à volonté bien sur (comprendre par là, on embarque des provisions !)

 

On reprend la route, en ne longeant plus la côte mais en retournant un peu sur nos pas, pour aller voir un site majeur de la Turquie : Pamukkale. Les photos de ces piscines d’eau turquoises dans des formations calcaires sont présentes sur toutes les brochures des agents de voyage (sauf Thomas Cook), on s’attend donc à du grandiose !

On s'attend donc à ça !!

 

Se dresse devant nous une énorme masse de calcaire blanc, et on traverse les formations pieds nus, pour ne rien endommager. De toute façon, on marche à moitié dans l’eau. On traverse quelques bassins, en longeant les murs macculé de blanc.

 

Si le début de la visite est prometteur, nous sommes un peu déçus en arrivant en haut. Les bassins d’en bas, qui sont en béton (leur couleur blanche vient des dépôts de calcaire) sont bien remplis, mais quasiment tout ceux d’en haut, creusés directement dans la roche, sont vides ! Les posters touristiques s’avèrent du coup bien mensongers.

Mais on verra surtout ça...

 

Après quelques renseignements, on apprend qu’ils ne sont pas remplis toute l’année pour empêcher le dépôt d’algues sur les bassins (et de transformer un site magnifique tout blanc un en site pas beau tout vert). On comprend la démarche mais on est tout de même déçus, et bien sur aucune information avant d’acheter les billets.

 

A l’arrière de Pamukkale se dresse le site antique de Hiérapolis. Une ancienne station thermale, puisque les eaux de Pamukkale étaient déjà utilisées pour leur vertues thérapeutiques dans l’antiquité.

Avec notamment le superbe théâtre d’une capacité de 7000 places.

Nous rejoignons ensuite la côte, pour un dernier bivouac sur la plage. Puis c’est déjà notre dernier jour en Turquie, nous y avons passé 1 mois depuis la sortie de la Géorgie. On dépense nos dernières lires turques en carburant et en courses, puis nous rentrons en Grèce, nous sommes donc de retour en Europe. Une grosse page de notre voyage se tourne, nous disons au revoir à l’Asie !

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de