Lacs, yourtes et chevaux

Lacs, yourtes et chevaux

 

Au sud de Bichkek, il y a plusieurs vallées à visiter, et c’est d’abord celle d’Alamedin qui retient notre attention. On fait une petite randonnée entre rivières et chevaux, et on passe la nuit au sommet d’une colline.

 

Un peu plus loin, c’est la vallée de Kegeti. Un lieu très prisé des locaux, de nombreux petits camps de yourtes bordent la rivière, et une jolie cascade sert de décor à de jeunes mariés. Plus on s’avance vers le fond de la vallée, et moins il y a de monde, ce qui nous convient parfaitement !

 

On s’arrête à Tokmok, pour faire re-souder une enième fois la galerie, et on emmène deux auto-stoppeuses françaises avec nous, Marie et Maïna au canyon de Kongorchok. Il faut remonter le lit de rivière pour aller admirer de belles formations rocheuses.

 

Nous arrivons ensuite à Kotchkor. On y croise de nombreux touristes, car la ville est un point central pour plusieurs excursions, notamment au lac Song-Kol. Nous n’avons pas prévu d’y aller tout de suite, mais nous achetons des billets pour un festival de jeux à cheval qui s’y tiendra deux semaines plus tard. Nous profitons de notre présence dans le coin pour rejoindre le lac Kol-Ukok. Il y a environ 15km de marche pour rejoindre le lac, et si certains passent la nuit au camps de yourtes sur place, d’autres font l’aller retour sur la journée. Mais nous, pas fous, on avance le plus loin possible avec la voiture, ce qui nous a permit de tester les capacités de l’engin, et ça secoue un peu !

 

Nous finissons tout de même les 3 derniers km à pied, pour arriver au bord de ce superbe lac. Et plutôt que de refaire tout le trajet retour le soir même (1h pour 15km!) on s’arrête au milieu des montagnes pour profiter du paysage.

 

Le lendemain on repasse à Kotchkor. L’occasion d’aller faire un petit tour au marché au bestiaux, et de retrouver Raphaël et Mallaury, croisés la veille.

 

Le long de la route, le lac Issyk-koul commence à pointer le bout de son nez… Il est immense, et de nombreuses plages rendent la baignade très accessible. Mais alors que l’on s’arrête dans un petit village pour un rapide déjeuner, nous sommes invités dans la maison juste en face… On a beau leur expliquer qu’on vient de manger, c’est peine perdu on est bon pour un deuxième repas !

 

Asira, qui nous a invité chez ses parents, nous emmène en fin d’après midi au bord du lac, et on y retrouve une partie de la famille. Le trajet du retour se fait à 9 personnes dans une voiture sz 5 places, avec 3 enfants dans le coffre…

Pour la fin de la journée, c’est activité découpage de mouton, que l’apprentie bouchère Leslie sera ravie de tester. Nous sommes naturellement conviés à rester pour la nuit, et nous reprenons la route le lendemain, après une nouvelle petite séance photo.

 

A Shatyly, nous grimpons au point de vue, qui nous offre une belle vue sur le lac. Et lors de la descente nous avons l’occasion de visiter une yourte, puisque nous sommes invités à boire le thé dans le camp en contrebas (non sans arrière pensée commerciale puisqu’on nous demandera plusieurs fois si on veut profiter de la formule repas + nuit).

Nous passerons le reste de la journée
à côté de la plage, ce qui nous change un peu de la montagne. Le
lac étant immense, plus de 180km de long et 60 de large, nous sommes
prêts pour de longs moments de farniente !

 

Mais, il y a quand même d’autres curiosités à voir. Notamment le fairy Canyon, avec ses falaises multicolores.

 

On recroise par hasard Tristan et Aurélie, que nous avions vu près du lac Kol Ukok. C’est l’occasion de passer une bonne petite journée et soirée sur la plage, avec feu de camp et belote.

 

Un peu avant Karakol, nous bifurquons vers la ‘vallée des fleurs ‘. Bon, on a pas beaucoup vu de fleurs, peut être au printemps, mais une très jolie vallée, avec rivières, vaches et chevaux, le classique kirghize quoi !

 

A Karakol, pour une fois, il y a quelque chose à visiter ! Une jolie cathédrale en bois. Malheureusement, on arrive juste avant la fermeture, et lorsqu’on essaye d’y rentrer, on se fait expulser manu militari par la gardienne du lieu ! Pas très chrétien tout ça. On retrouve Aurélie et Tristan, avec lesquels cette fois, nous jouons au Yams avant de déguster un délicieux plat typique, plus ou moins épicé selon les assiettes.

 

Nous arrivons à l’extrémité est du lac, sur la plage d’Issyk Kul qui nous laissera le meilleur souvenir : plein de bois, de l’ombre, du calme (la nuit seulement), et pas de bébêtes embêtantes (les moutons ça compte pas).

 

La côte nord du lac est beaucoup plus touristique. Il y a quelques stations balnéaires pleines de touristes russes et kazakhes, qui viennent profiter des plages du lac (comme nous!)

 

Nous y passons moins de temps que sur la côte sud, mais nous passons devant le Nomad museum, consacré à la culture nomade et l’histoire khirgize.

Représentation de la route de la soie
Tenues traditionnelles khirgize

 

Il nous aura fallu 8 jours pour faire le tour du lac, mais nous avons bien pris notre temps ! Et il faut maintenant se diriger vers un autre lac, bien différent celui ci : le lac Song-Kol. C’est un grand lac situé à 3013m d’altitude, et pour le rejoindre nous passons le col de Terksey-Torkop, à 3133m d’altitude, avec les superbes vues qui l’accompagnent.

 

Il est entouré de nombreuses yourtes, et de nombreux chevaux et vaches profitent des paturages d’été. Et c’est surprenant mais on peut s’y baigner, l’eau n’est pas si fraîche, du fait de la faible profondeur du lac.

 

Après deux journées paisibles autour du lac, nous arrivons sur la rive nord, où doit se dérouler le festival des jeux à cheval. Bon, c’est l’attraction touristique, mais ça nous permet de découvrir certains aspects de la culture khirgize que l’on avait pas encore vu.

Cela commence par le montage d’une yourte. On commence par poser le mur en cercle, puis on installe le doit à l’aide de grandes tiges en bois, puis on couvre le tout de diverses peau pour protéger du vent et de l’humidité.

 

Ensuite, quelques démonstrations de danses et musiques traditionnelles.

 

Après le repas, tout le monde se dirige au bord du lac sur une plus grande pature pour assister à quelques jeux khirgizes. Cela commence par un match de Ulak-tartysh : un mélange entre football et polo, où le but est de déposer une carcasse de chèvre dans le but adverse. C’est assez, voire très violent, mais on est impressionné par l’habileté des cavaliers.

 

Nous assistons également à d’autres jeux d’adresse et d’habilieté à cheval, et la séance se termine par une lutte à cheval.

 

On rencontre plusieurs voyageurs, en voiture et en moto, et on improvise un apéro avec ce qu’il reste à chacun de fonds de bouteille. Puis on finit la soirée autour d’un gigantesque feu de camp avant d’aller camper un peu à l’écart des yourtes.

 

Au petit matin, on déjeune sous le soleil, puis chacun repart de son côté, on garde les contacts en essayant d’organiser une rencontre en Géorgie avec Julien et Charlotte, qui devraient y être à peu près à la même période que nous.

 

Il va être temps pour nous de quitter le Kirghizistan pour le Kazahkstan, cet immense pays de steppes. Nous allons bien redescendre en altitude et quitter les montagnes, pour un décor bien différent.

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de