Le désert, c’est fini !

Le désert, c’est fini !

 

Samarcande ! Un nom plus qu’évocateur quand on parle de la route de la soie, et donc une étape importante pour nous.

 

C’est sous la pluie que nous débutons la visite de la ville, avec 12 petits degrés. On ressort les vestes et on attaque avec le mausolée Gour Emir. Y est entéré Tamerlan, un conquérant Timouride, ainsi que d’autres membres de sa famille.

 

Et le soleil commence à se découvrir lorsqu’on arrive au Registan. Un lieu emblématique de Samarcande, et même de l’Ouzbékistan. Cette place, entourée de 3 madrasas (école coranique, on l’a déjà dit !), était la place principale de la ville ou l’on venait écouter les déclarations royales ou encore assister aux exécutions publiques (on savait s’amuser à l’époque).

 

La madrasa Ulug Beg (le fils de Tamerlan) a été ouverte en 1420, on y enseignait les mathématiques, il y a de nombreuses étoiles, car il aimait l’astromie.

Au centre, la madrasa Tilla Kari, construite en 1660, dont le plafond de la mosquée est superbement décoré en bleu et or.

 

Et enfin, la madrasa Chir Dar, achevée en 1636, avec son portail d’entrée décoré par des lions.

 

Malheureusement, toutes les pièces à l’intérieur des madrasassont transformées en boutique d’artisanat et de souvenirs. Cet aspect gâche un peu l’authenticité du lieu.

On est pas les seuls à visiter !

 

On fait un petit détour par le quartier juif, histoire d’échapper un peu à l’effervescence des touristes.

Dans la synagogue
La mosquée du quartier juif

 

Et on rejoint un autre site majeur, le complexe Shah-e-Zindeh. C’est un ensemble de plusieurs mausolées, et dans deux d’entre eux reposent des épouses de Tamerlan.

 

Nous faisons un crochet par Chakhrisabz, à 90km au sud de Samarcande. C’est la ville natale de Tamerlan. On y voit notamment des vestiges d’un palais qui avait l’air immense, et la statue de ce fameux Tamerlan.

 

Sur le retour, nous croisons un groupe de touristes Ouzbèkes, l’occasion de prendre des photos toutes en couleurs !

 

Et nous repassons la nuit à Samarcande, l’occasion pour nous d’aller admirer le registan de nuit.

 

Après quelques jours en ville, on a envie de se mettre au vert ! Direction le parc national Ugam-chatkal, au nord de la capitale Tachkent. On trouve un superbe spot au bord du lac, ou on alterne la journée entre lecture, sieste et baignade.

 

Mais c’est aussi l’occasion de trouver une solution de repli pour remplacer le auvent qui nous a lâchés récemment. On récupère une des bâches, un peu de couture et hop le tour est joué.

On se met au boulot...
Et oui ! tout le monde !
Et voilà le résultat !
Petit barbecue 100% végétarien pour fêter ça

 

Et le lendemain, petite randonnée le long d’une rivière, sous un grand soleil, qui nous amène les pieds dans l’eau à une petite cascade.

Nous repartons donc vers Tachkent, et passons la nuit devant une auberge de jeunesse.

 

Il n’y a pas énormément de choses à voir à Tachkent, la ville était assez récente (elle a été en partie dévastée suite à un séisme en 1966). Elle n’a pas les attraits ni le charme de Khiva, Boukhara ou Samarcande. Mais nous faisons quand même un petit tour au bazar histoire de faire le plein de produits frais.

 

Une fois sorti de Tashkent nous nous arrêtons auprès d’un lac réservoir. Il y a quelque pêcheur, et un homme arrive pour une petite baignade et commence à nous taper discute. 5 minutes plus tard, Leslie est dans son tracteur en train de faire un petit tour !

 

Nous avons pas le temps de lui proposer un thé qu’il a déjà sorti la bouteille de vodka, qu’il a apparament toujours avec lui dans le tracteur… Puis au fil de la discussion il nous dit qu’il va nous chercher des bières, et revient 30 min plus tard avec 3 bouteilles d’1,5L ! Et, finalement nous sommes invités à manger et dormir chez lui, où l’on rencontre sa mère, sa femme et ses deux filles. Un excellent moment passé dans cette famille !

 

La dernière étape de notre séjour en Ouzbékistan approche : la vallée de Fergana. Nous ne savons pas trop à quoi nous attendre, c’est une vallée très fertile surtout utilisée pour l’agriculture, et notamment celle du coton.

Nous sommes également très bien accueilli ici dans la vallée, beaucoup de monde vient nous parler, on nous offre même du yaourt. On se croirait presque de retour en Iran !

 

A Kokand, nous visitons le palais du Khan.

 

L’Ouzbékistan est le 3ème producteur mondial de soie, et à Marguiland il y a une fabrique. Nous pouvons la visiter, et la guide nous montre les différentes étapes de la production : l’extraction de la soie depuis les cocons, la teinte, la fabrication des Ikat design (motif des tissus) et le tissage.

Un seul cocon peut produire entre 2 et 3 kilomètres (!) de soie, et le temps de tissage est très long, environ 1cm par jour.

Extraction de la soie depuis les cocons
Les teintes naturelles

 

Il y a également une Madrasa qui vaut le détour avec des ateliers de soie, mais elle est en rénovation et c’est la pause déjeuner pour les artisans.

 

Nous passons notre dernière nuit avant de passer la frontière avec le Tadjikistan. Espérons que le passage se fera facilement !

2
Poster un Commentaire

avatar
2 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
2 Auteurs du commentaire
ALINE DEFRETINSimon Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
ALINE DEFRETIN
Invité
ALINE DEFRETIN

C’est somptueux !!! J’ai adoré lire cet article 👍 Vous pouvez acheter des vêtements made in Ouzbékistan c’est pas trop cher ? Génial les marchés de fruits miam !! Bonne route les amis bisous

Simon
Invité
Simon

Ah ba, heureusement que Leslie sait coudre! J’ai pas bien compris, Tamerlan, c’est leur Johnny à eux c’est ça? Magnifiques photos, la grillade au bord du lac m’a mis l’eau à la bouche!